logo
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation.
banner
About      Faq       Contact     Shop

« Alaïa avant Alaïa », la nouvelle exposition de la Fondation Azzedine Alaïa – 23/03/2022

Le Fonds de Dotation Maison Mode Méditerranée a visité l’exposition “Alaïa avant Alaïa – Genèse d’un style”, qui est présentée jusqu’au 24 octobre 2022 à la Fondation Azzedine Alaïa à Paris.

 

Paris, Quartier du Marais, 18 rue de la Verrerie. Au fond de la cour où siège fièrement le Sein de César, on pénètre sous la grande verrière où est montrée une exposition explorant les débuts du grand couturier Azzedine Alaïa, premier président de la Maison mode Méditerranée. Dans cet espace immaculé, il est question de revenir sur la jeunesse méditerranéenne d’Azzedine, ses années de formation aux Beaux-Arts de Tunis, son processus créatif et le développement de son style aux contacts de clientes célèbres – ou pas. Grâce au commissariat d’Olivier Saillard, président de la Fondation Azzedine Alaïa, ces différents thèmes sont regardés à nouveaux frais, à l’aide d’archives protéiformes, inédites et peu montrées.

 

Modèles de l’automne-hiver 1986-87 (Stéphane Aït Ouarab)

 

En plus de présenter des créations vestimentaires hors du commun et de consolider la connaissance de l’œuvre d’Alaïa, cette exposition nous invite à pénétrer dans son intimité amicale. Elle révèle notamment les nombreuses rencontres qui ont jalonné de façon décisive sa vie et sa carrière. Entre Greta Garbo, Arletty, Louise de Vilmorin ou encore Thierry Mugler, toutes ces rencontres forgent et raffinent sa manière si singulière de travailler le corps féminin par le vêtement.

 

“Je travaille sur un mannequin, c’est comme si je manipulais de la glaise. Je moule, je monte, je démonte, je couds, je découds. Je peux reprendre une manche à l’infini.”
Azzedine Alaïa

 

Dans l’exposition, une frise chronologique – allant des années 1930 aux années 1980 – serpente sur toutes les cloisons blanches. Des ouvertures y sont percées, révélant dans la plus minimale des intimités les œuvres du grand couturier. Le spectateur est invité à glisser son regard à l’intérieur, à contempler ces créations sur fond blanc. Le mannequinage (l’art de mettre en valeur un vêtement sur un mannequin) est de très haute volée.

 

 

 

Le propos de l’exposition s’organise autour de cette chronologie qui nous permet d’appréhender de façon beaucoup plus précise Azzedine Alaïa, sa vie et son style. Tout commence par la Tunisie, par sa famille, sa sœur Hafida, par ses études artistiques, son obsession pour la sculpture, puis pour la couture (qu’il envisage de la même manière), pour les costumes de quelques stars de cinéma (on peut penser à la très célèbre robe zippée que porte Arletty dans Hôtel du Nord en 1938) qui l’inspirent de façon si importante, qu’elles infusent sa création durablement. Il est question ensuite de son arrivée à Paris au milieu des années 1950, de son bref passage chez Christian Dior, de son admiration pour les créations de Cristobal Balenciaga, de son établissement rue de Bellechasse où il développe une création exclusive et loin des diktats de la saisonnalité du système de la mode. L’exposition met en lumière toute sa technicité qui lui vaut une reconnaissance rapide du Tout-Paris mais aussi des couturiers eux-mêmes. A ce propos, il est intéressant de voir une robe Mondrian datée de l’Automne/Hiver 1965 et signée Yves Saint Laurent dans l’exposition. Pour la petite anecdote, il se trouve que c’est Alaïa, dans la confidentialité de ses ateliers, qui a réalisé les prototypes de ces chefs d’œuvre de l’histoire de la mode.

 

 

 

Au premier étage, un espace d’exposition est consacré à sa grande amie Leïla Menchari, mannequin vedette chez Guy Laroche, artiste, illustratrice et décoratrice très liée à la maison Hermès. Il y est présenté une merveilleuse série de photographies réalisée par Jean-Pierre Ronzel, mettant notamment en scène les deux amis rue de Bellechasse à l’occasion d’essayages, des croquis réalisés par Leïla Menchari et une vidéo d’archives d’un de ses passages télévisés avec Azzedine Alaïa.

En bref, une exposition incontournable qui, en plus de proposer un sujet original et inédit, éclaire d’une lumière nouvelle trois décennies de l’histoire de la mode occidentale.

 

Découvrez l’exposition “Alaïa avant Alaïa. La genèse d’un style” , du 28 janvier au 24 octobre 2022 à la Fondation Azzedine Alaïa – 18 rue de la Verrerie 75004 Paris.

 

 

Khémaïs Ben Lakhdar, doctorant en Histoire de l’art et de la mode et titulaire de la bourse Recherche 2021 du Fonds de Dotation Maison Mode Méditerranée