logo
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation.
banner
About      Faq       Contact     Shop

Les corps et la Méditerranée : explorations artistiques des volumes humains chez Yacine Aouadi

En 2015, le couturier Yacine Aouadi faisait défiler au Grand Palais à Paris sa première collection Haute Couture baptisée « 13’015 ». Ensuite doublement exposée au Mucem et au Musée de la Mode du Château Borély à Marseille, la collection jouait des transparences grâce à la dentelle et opérait des références explicites aux tatouages via l’utilisation d’un noir profond, typique des costumes traditionnels méditerranéens. Portant pour nom le numéro d’arrondissement des quartiers nords de Marseille où Yacine Aouadi a grandi, la collection et la scénographie du musée mettaient en scène la nudité contrastée par les vêtements aux coupes architecturales.

 

Yacine Aouadi a travaillé au sein de la maison Balmain avant de lancer sa propre maison de haute couture, Aouadi Paris, afin de créer à son rythme : celui de l’artisanat et des métiers d’arts. La mode du temps long permet au créateur d’origine algérienne de repenser la haute couture contemporaine, en évinçant de son esthétique les surcharges de tissus, trop éloignées de la réalité de nos déplacements quotidiens. Parce que les corps féminins sont au coeur de la réflexion textile entreprise par Yacine Aouadi, sa dernière collection, « Cordoue », est inspirée de son voyage en Espagne et des cultures religieuses méditerranéennes dans leurs liens avec les costumes traditionnels et ordinaires. Photographiée dans un décor urbain, la collection fait un pas de plus vers la notion de vêtement en tant que seconde peau, proposant des bodies moulants qui découvrent les jambes en même temps qu’ils camouflent des courbes rendues ultra visibles.

 

 

Tandis que la collection 13’015 mettait l’accent sur les parures corporelles, avec la dentelle transparente et les motifs tatouages comme enjoliveurs du corps vêtu, la collection Cordoue abolit les frontières entre peaux et tissus.
Les créations intimistes du couturier ont été adoptées par les célébrités mondiales, à l’instar de l’actrice américaine Cate Blanchett qui portait la robe « Tatoo » sur le tapis rouge du New York Film Festival en 2016.

 

Cette étude approfondie et évolutive du rapport entre corps et vêtements est emblématique des créations des designers méditerranéens. Il n’est sans doute pas anodin que Yacine Aouadi ait fait ses armes au sein de la maison du couturier Balmain, précurseur de l’esthétique contemporaine et des coupes qui ennoblissaient naturellement la silhouette via une aisance de mouvements qui faisaient défaut au célèbre tailleur bar de son époque. Azzedine Alaïa aussi, en revisitant les coupes sabliers et en jouant sur les dimensions extravagantes, a permis de repenser durablement une mode qui a longtemps rythmé ses tendances par des modifications de volumes.

 

Le corps, aujourd’hui au centre des réflexions de la mode contemporaine, dépasse les frontières du secteur et s’intègre aux dynamiques de l’art contemporain. Le corps en tant qu’organe vivant, aussi fragile que mouvant, aussi communément partagé qu’unique à chaque individu. Désormais pilier de l’évolution des divers arts de notre époque, le corps, de plus en plus libres, est un lieu esthétique à surveiller de près.

 

 

 

Saveria Mendella, doctorante en études de mode et titulaire de la bourse recherche 2021 du Fonds de dotation Maison Mode Méditerranée